La principale raison pourquoi 99% des investisseurs immobiliers tournent en rond…

Aujourd’hui, j’aimerais partager avec toi une idée toute simple qui va probablement transformer « ta business immobilière ». L’autre jour j’étais avec mes bons chums et on jasait d’acquérir un immeuble à Saint-Jérôme. Pour tout vous dire, la conversation tournait en rond.  À nous écouter, nous avions l’air de 3 beaux amateurs. On se posait des questions aussi basiques que « Combien ça se loue un 4 et demie en moyenne à Saint-Jérôme? » Et c’est là que ça m’a frappé comme une tonne de briques, une révélation:

« Si tu veux réussir et faire partie du 1% des investisseurs immobiliers à succès, tu dois devenir l’expert d’un seul secteur. Tu as bien beau avoir de l’argent, passer à l’action, mais si tu vogues en pleins brouillards tu risques de te retrouver ailleurs. » Dominic Goulet-Lapointe

Des poules pas de tête

Combien de fois j’ai rencontré des investisseurs égarés qui recherchent des immeubles à revenus un peu partout. Comme des écureuils à la fin de l’été qui cherchent des glands aux quatre coins de la ville! L’investisseur immobilier, débutant comme aguerri, a cette fâcheuse tendance à s’éparpiller. Comme s’il avait peur de perdre un deal, comme s’il demandait au destin de lui apporter quelques miettes de pain. 😉

Investisseur de quartier

Quand je dis : devenir spécialiste d’un seul secteur, c’est de devenir le KingPin du secteur. C’est de connaître le quartier comme le fond de ta poche. C’est de rechercher les noms et les numéros de téléphone de tous les propriétaires locatifs du secteur. C’est de connaître de A à Z tous les changements prévus à l’hôtel de ville pour les 2 à 15 prochaines années. C’est de demander à l’éboueur du quartier de te texter quand il voit des « pancartes à vendre » bricolées par un proprio.

Un commitment

Être un investisseur de quartier c’est savoir à quel prix sont loués les logements en moyenne sur chaque rue. C’est de connaître, au pied carré, le prix vendu étage par étage, sous-sol, rez-de-chaussée, deuxième, troisième, etc. C’est de connaître le zonage, de savoir si tu as le droit d’ajouter un étage, de transformer un garage en logement, ou de faire ceci ou cela. D’être le gars qui sait tout, d’être le parrain de la ville, d’être celui qui connaît mieux son secteur que le maire. Le Kingpin est créatif, il questionne, il sait repérer le potentiel de chaque immeuble. Il est capable de lire l’avenir et de le voir venir.

Streetwise

C’est bien de valeur, mais devenir expert d’un secteur ça ne s’apprend pas dans les livres, ni dans les cours, ni dans les formations. Ça demande du temps, cela exige de s’intéresser aux gens, de faire comme un homme que j’admirais beaucoup, Jean Lapierre, de travailler sur le terrain, de s’intéresser au monde. Ça demande du temps, voire des années, on ne s’improvise pas P.K. Suban, on ne s’improvise pas non plus Investisseur immobilier à succès.

Outside the box

Ça demande d’aller questionner Manon, la coiffeuse du coin, qui sait tout ce qui se trame à travers la ville, ça demande de s’intéresser aux propriétaires d’immeubles et de devenir leur ami. Ça demande d’être le premier gars à qui l’on pense quand on veut vendre son immeuble.

Le secret

Je vais te dire un secret, si tu t’intéresses à ce point-là aux gens et à la brique… si tu connais tes TGA, MRN, MRB et si en moins de 30 secondes tu peux te faire une opinion globale sur la valeur d’un immeuble. Si même Lucky Luke a de la misère à te challenger quand tu dégaines…

Si tu es cinglé au point d’aller te faire couper les cheveux toutes les semaines, juste au cas où Manon pourrait te donner un inside. Ça ne prend pas la tête à Papineau pour s’apercevoir que tu as de la graine de champion, et que tôt ou tard tu aspires à détenir un empire.

Les Daltons, Luke et toi

L’investisseur moyen cherche des immeubles un peu partout. Il ne possède pas de territoire restreint. Il cherche des occasions, des deals, du potentiel, du cashflow, des « easy shoot », il n’est spécialiste d’aucun secteur… Mais il sait reconnaître un deal… Ah oui! C’est ça le problème, pendant que l’investisseur moyen, Joe, William, Jack et Averell essaient de récolter des « easy gros lots » … Lucky Luke, lui, a déjà dégaîné. Et BAM ! Avant même, que tu dépoussières ton calculateur Excel… les carottes sont cuites.

Pourquoi?

Parce que Lucky Luke connaît son secteur comme le creux de sa main, il sait prévoir là où l’argent ira. Il est toujours à l’affut, l’immobilier c’est son gagne-pain, c’est son pain et son beurre… C’est sûr que si tu travailles 40 heures semaine, c’est pas mal plus dur de rester aux aguets. Tu essaies, bon an, mal an, tout comme Joe, William, Jack et Averell de frapper le grand-coup, mais au fond, on sait tous les deux qui gagne toujours à la fin: 😉

Des pros de ton secteur ?

Bref, le secteur est sans contredit un élément-clé que des milliers d’investisseurs immobiliers semblent négliger… avec pour conséquence de miner lourdement leurs résultats. Si tu veux un boost, un coup de main, je peux te mettre en contact avec des courtiers immobiliers experts de ton secteurs… et souviens-toi que même Lucky Luke avait besoin d’un fidèle assistant : Rantanplan.  😉 Bref, si tu veux trouver un bon courtier immobilier, texte-moi au 514 716-3383 ou écris-moi un courriel à info@mieuxinvestir.ca. Dans les prochaines semaines, je vais te revenir avec des exemples concrets qui appuient mes dires. Parce que tu ne dois pas rater ça. Abonne-toi à ma page Facebook.

Merci de m’avoir lu

Au plaisir,

Dominic

PS: Si tu penses comme moi, va donc aimer ma page Facebook: Mieux Investir

Téléchargez gratuitement mon eBook et obtenez en prime la lettre financière chaque mois!

Commentaires

commentaires