L’art de perdre 20 000$ en bourse

De nos jours la richesse instantanée attise les passions. Sur les médias sociaux, les investisseurs « à succès » paradent à grand coup de selfies. Pendant que les investisseurs boursiers publient la montée fulgurante de leurs titres, une horde d’investisseurs immobiliers flashent leurs trousseaux de clés. 😉 Mais que vous fassiez de l’argent en silence ou en agitant des drapeaux…, personne n’aime étaler sur la place publique ses coups durs et ses mauvaises aventures. Que vous vous appeliez Warren Buffet, Trump, ou Joe Leloup… tout investisseur débutant, même aguerri frappe un jour ou l’autre son waterloo. 😉 Voici donc comment j’ai réussi à perdre 20 000$ en souhaitant devenir millionnaire du jour au lendemain. 😉

Millionnaire instantané      

L’histoire débute un jour de printemps lorsque j’ai découvert le graphique boursier hallucinant des banques grecques. Wow! Nous sommes en 2013, en pleine recrudescence des problèmes financiers en Grèce. À travers mes yeux de néophyte, et surtout de jeune imprudent… 😉 j’y ai vu un potentiel de gain incommensurable!

« Buy low, Sell high. Yes baby, I Will ! »

Une image vaut mille mots:

Le sang se déverse dans les rues

Le sang coulait à flots sur les marchés financiers grecs! Imaginez le titre de Alpha Bank qui avait déjà valu plus de 200$ US était en méga rabais à 25 sous. Un fou dans une poche, je n’allais pas rater ça! C’était la chance d’une vie. Entre vous et moi, avez-vous déjà vu une banque faire faillite? Une action d’une grande banque pour le prix d’un caribou… J’étais fou comme un balai. 😉  Quelques jours plus tard, après mes vérifications diligentes (dérisoires) j’ai acheté 40 000 actions d’Alpha Bank à 0.25$ pour un total de 10 000$ US.

« Buy when there’s blood in the streets, even if the blood is your own. » Baron Rothschild

Comme un amateur

Pour «diversifier»  mon risque j’ai également investi un autre 5 500 $ US dans National Bank of Grece… C’est donc plus de 25% de mon portefeuille d’actions… qui dépendait entièrement de l’économie grecque. Misère. 😉

Des calculs ridicules

Selon mes savants calculs, puisque la plupart des titres boursiers bancaires mondiaux prenaient du mieux… je me suis dit 1 + 1 = 2. Ce n’est qu’une question de temps. La Grèce est sur la même planète que nous. 😉

Rêver les yeux ouverts

Imaginez si l’action remonte juste à 40$ ! 40 000 actions * 40$ = 1 600 000$. J’étais un génie de la bourse !

Ma boule de cristal

La reprise bancaire était selon moi sur le point de véritablement prendre son envol en Grèce, je le croyais dur comme fer. 😉 Puis, malgré que l’action battait de l’aile, de 0.25$ à 0.22, à 0.19$, je m’accrochais et maintenais ma position. Après tout : 

« C’est quand on est jeune que c’est le temps de prendre des risques. » 😉

C’était écrit dans le ciel

Puis je me souviens d’un matin cataclysmique, où l’action est tombée à 0.06 sous… Puis ils ont splité l’action… et c’est le blackout, je ne me souviens d’absolument rien sauf d’avoir vendu toutes mes actions d’Alpha Bank pour 350$ et NBG pour 50$. Lol. 😉 

Bête comme mes pieds

Après avoir essuyé cette perte… c’était l’heure des bilans. Je me suis questionné… « Pourquoi toutes les banques du monde ont pratiquement pris du mieux alors que les banques grecques, elles, n’ont jamais su remonter la pente ? » La réponse m’a sauté aux yeux, le taux de chômage en Grèce était de plus de 26%!

La phobie des banques

En plus, la population échaudée par des gels d’actifs, a perdu confiance dans le système bancaire. Le monde ne voulait plus se faire usurper par les banques… Donc, tout l’argent de la Grèce s’est retrouvé caché quelque part sous les matelas, dans les greniers et je ne sais où? En tout cas, je peux vous garantir que tout l’argent de la Grèce n’a pas été caché dans le coffre-fort de mes deux banques grecques. 😉

La crise de la dette grecque expliqué en 5 minutes

Un autre petit 5 000$ qui part en fumée

Pour compléter avec mes pertes boursières, j’ai aussi perdu un gros 2 600$ sur le titre légendaire Nortel Network et un autre petit 2 000$ sur le titre Groupe BLF. Ce qu’il y a de magistral avec ma dernière perte de 2 000$ c’est que j’ai réussi à dilapider ce montant en moins de 2 secondes. Doux Jésus. Lol. 😉

J’ai fait la guerre

Aujourd’hui quand je vois mes amis, connaissances, lecteurs, ou inconnus se diriger tout droit dans le mur avec leurs placements boursiers, immobiliers ou autres, je lève un flag et les préviens… mais il est souvent impossible de raisonner des hommes et des femmes qui ont enraciné dans leurs convictions profondes la certitude d’un gain annoncé. 😉

« Quand un investisseur s’apprête à perdre beaucoup d’argent, normalement c’est à ce moment-là qu’il est le plus convaincu de gagner. »

On ne s’en sort pas

La pensée magique et la cupidité finissent toujours par séduire l’investisseur. On veut tous plus d’argent, plus rapidement et plus facilement. 

J’ai été chanceux

J’ai été chanceux de ne perdre que 20 000$, certains perdent beaucoup plus en voulant tout gagner. D’autres, pire… claquent la porte et abandonnent le chemin de la prospérité. Je remercie aussi le taux de change USD/CAD qui était à parité au moment de mes pertes grecques. 😉

Conclusion

L’aventure grecque et celle de mes fleurons canadiens m’a coûté un gros 20 000$, et m’a appris qu’avant d’investir dans quoi que ce soit il vaut mieux maîtriser le marché et le secteur d’activités dans lequel on investit.  Que vous perdiez 5, 10 ou 100 000$ en bourse, en immobilier, ou dans un système farfelu de cadeau pyramidal…  😉, une perte, reste une perte! Comme dit Warren : « En investissement, il y a deux règles fondamentales à respecter. La première est de ne pas perdre d’argent, la seconde est de ne jamais oublier la première. » Au final, chacune de vos pertes fait partie de votre processus d’apprentissage.  Par expérience, je peux vous dire, qu’apprendre à la dure est souvent le meilleur tremplin vers l’excellence!

Merci de m’avoir lu,

Au plaisir,

Dominic Goulet-Lapointe

Ps : Aujourd’hui mon portefeuille a repris du poil de la bête. J’ai récupéré avec panache mes pertes et mon CELI vient tout juste de fracasser les 112 000$. En route vers mon premier million libre d’impôt. 😉

Ps : Je t’invite à aller aimer ma page Facebook Mieux Investir. Pour ne rien manquer ajoute-là à tes alertes. Merci encore de croire en l’éducation financière.  

Commentaires

commentaires

Facebook Comments

%d blogueurs aiment cette page :