Comment faire comprendre à 8 locataires qu’il est temps pour eux de quitter les lieux?

Parfois pour changer les choses il faut donner un grand coup de barre! Et c’est exactement ce que Daniel Langevin a réalisé dans la plus grande légalité pour reprendre le contrôle d’un immeuble qui était devenu un vrai zoo.

« Quand on achète un immeuble à revenus, on a le choix! On choisit un courtier, on choisit un quartier, on choisit un immeuble, on négocie son prix, on sélectionne un inspecteur, on choisit son notaire, la seule chose qu’on ne choisit pas c’est les locataires déjà présents dans l’immeuble »

Un zoo grandeur nature

Des Animaux il y en avait beaucoup dans ce building si l’on compte seulement les pitous, pas moins de 11 chiens occupaient les 8 unités locatives! Imaginez-vous 11 chiens!

Si un seul décide de japper, il entraîne automatiquement les 11 autres avec lui! Sans parler de la prostituée au sous-sol, et de l’alcoolique du deuxième étage. Bref la clientèle de ce plex devait être renouvelée. Mais comment faire pour évincer 17 personnes, 11 chiens, 3 chats, un oiseau, une junkie et un ivrogne en moins de 3 mois, juste à temps pour relouer en juillet?

 

Prendre le contrôle de la propriété

Mettre son pied à terre lorsqu’on achète une nouvelle propriété n’est pas toujours facile, mais c’est essentiel! C’est l’occasion de vous présenter à vos nouveaux locataires et de leur faire connaître et signer les nouveaux règlements de l’immeuble. Évidement, dans ce cas-ci, Daniel avait inclus aux règlements l’interdiction de posséder un chien.

Ce n’est pas tout le monde qui a le tempérament pour présenter de nouvelles règles aux locataires et les faire respecter. Jouer à la police, être autoritaire et intraitable demande de la conviction, de la confiance en soi et de la détermination.

La grande corvée : je ramasse la «marde» de mon chien

Daniel a acheté à la fin de l’hiver. Déjà devant le building on pouvait poindre à l’horizon des dizaines d’étrons de chien jonchés un peu partout dans le banc de neige. Au printemps c’était rendu un véritable champ de mines! Daniel exigea que tous ses locataires aillent ramasser les petits besoins de leurs pitous.

Rien ne ressemble plus à une crotte qu’une autre crotte

Comme toutes les crottes se ressemblent pas mal, chaque locataire a dû ramasser son lot de caca, et quand une nouvelle crotte fraîche faisait son apparition sur le terrain, Daniel prenait un malin plaisir à cogner à toutes les portes pour demander aux locataires d’aller ramasser la surprise. Oui, mais ce n’est pas le caca de mon chien! C’est le chien du voisin qui a chié sur le terrain… Je vous laisse imaginer la réponse de Daniel 😉

Le secret

La clé de la réussite de Daniel c’est qu’il n’a laissé aucune alternative possible. Soit tu te débarrasses de tes chiens ou tu quittes le logement immédiatement.

« Je suis carrément entré dans la tête des locataires. Quand ils se couchaient le soir, ils ne dormaient pas bien, pour eux il n’y avait pas d’issue c’était soit qu’ils se débarrassent de leurs chiens ou qu’ils quittent les lieux. »

– Daniel Langevin – Investisseur Immobilier

 

La vieille dame récalcitrante

De fil en aiguille, tous ont compris qu’ils devraient quitter les lieux s’ils voulaient retrouver la tranquillité perdue. Tous sauf une. Une dame âgée refusait obstinément de quitter les lieux. La dame était gentille et son petit chien d’une dizaine d’années était un vrai charme. Mais il fallait rester constant, sinon les autres locataires le sauraient assez vite et concluraient qu’il est possible de rester. Daniel lui a dit « On peut aller à la régie du logement et vous allez probablement gagner, mais vous ne m’aimerez pas. Vous n’aimerez plus ça vivre ici » .

 

Changer la clientèle et augmenter les revenus.

Le premier avantage d’avoir une bonne clientèle est sans aucun doute d’éviter ou de limiter les problèmes: bruits, odeurs, plaintes, punaise de lits, dégâts d’eau, non-paiement de loyer, etc. Le second avantage c’est que les bons clients sont prêts à payer plus cher pour un espace de vie paisible et de qualité.

chenil-avant-apres

Conclusion: passer de propriétaire exaspérant à proprio idéal

Ne jamais dévier de sa trajectoire même si une situation est difficile. Chapeau! Comprenons-nous bien Daniel n’est pas un monstre ou un mauvais propriétaire. Dans tous ses immeubles, les chiens sont interdits. Voilà tout. Le Chenil est maintenant devenu une oasis de paix , WiFi compris! Les humains par définition n’aiment pas le changement, seulement 10% de la population reste ouverte au changement tout au cours de leur vie. Le changement entraîne des protestations et est difficile à faire adopter. C’est beaucoup plus facile rester chez soi avec ses 3 chiens que de déménager en acceptant la nouvelle réalité. Ici les chiens sont interdits!

Téléchargez gratuitement le eBook et obtenez en prime la lettre financière chaque mois!

Commentaires

commentaires

Vous êtes intéressés par l'argent et l'investissement? Abonnez-vous à la lettre financière de Mieux Investir.
-