Un locataire transforme son logement en soue à cochons

Ayoye ! Hier mon bon chum Ricardo investisseur immobilier m’a envoyé une trâlée de photos à faire glacer le sang. 😉 Quel genre de locataire peut transformer un appartement en dépotoir? Un saccageur? Un mauvais payeur? Un locataire aux prises avec une solide maladie mentale ? Un multirécidiviste abonné à la régie?! Voici donc une histoire triste qui risque de se répéter de plus en plus à mesure que la population avance en âge… 🙁

Insalubrité extrême

Dans ma carrière d’investisseur, j’en ai vu des poubelles, des logements transformés en piquerie, des dessins à la craie noire au plafond, des odeurs nauséabondes qui donnent envie d’en finir, 😉 mais un logement ravagé par la saleté à ce point-là, ça… je n’ai jamais vu ça !

Des vers dans le frigidaire !

Des vers dans le frigidaire !

« Qui diable peut s’accommoder de vivre dans une porcherie ? »

Quand la ville t’appelle le lundi matin…

Ricardo était tranquille chez-lui, quand la ville de Trois-Rivières l’a appelé pour l’aviser que l’un de ses locataires avait été retrouvé dans un logement d’une insalubrité extrême.

« Comment faites-vous pour endurer que l’un de vos logements soit dans cet état-là ? »

Ricardo :

« Penses-tu vraiment que je le savais ? Je n’aurais pas accepté ça. »

Nouvelle acquisition

« Je possède ce bloc-là depuis trois ans et je n’ai jamais visité ce logement-là. Le monsieur était bien gentil, il venait chaque mois me porter son chèque de loyer. Il ne faisait pas de vagues, les gens l’aimaient bien. Son appartement est situé dans un bloc tranquille qui abrite des fonctionnaires et de jeunes familles. Jamais je n’aurais pu imaginer ça. »

Quand l’invalidité frappe fort

Le monsieur de 75 ans a été retrouvé étendu sur le sol par son ami. Il était, là immobile, sur le plancher depuis deux jours… Et il ne voulait pas aller à l’hôpital. C’est les pompiers qui sont arrivés en premier et qui ne lui ont pas laissé le choix.

« Il y avait de la nourriture à la grandeur de l’appartement, j’ai rempli quatre ou cinq sacs de poubelle de bouffe moisie, et ensuite j’ai pris les photos. Les photos auraient été encore plus punchées avec la bouffe partout sur le plancher. » 😉

Le monsieur avait pris l’habitude de pisser dans des pots de Clamato, il y avait une trentaine de pots remplis de pisse, partout dans l’appart. Dom, je te le jure, tu n’aurais pas cru à ça, ça sentait le Tabar***, je ne sais même pas comment j’ai pu rentrer là sans masque ! Je suis sûr que j’ai perdu quelques minutes de vie tellement l’air était infect et contaminé par des particules de mard***.

 

Finalement, le monsieur ne reviendra pas dans le logement, il est clairement inapte et n’avait visiblement aucun support de sa famille… Il sera placé dans une résidence spécialisée, mais d’après moi il ne lui en reste pas pour longtemps.  🙁

Le verre à moitié plein

Malgré tout, Ricardo me parlait sur un ton positif et empathique, comme si c’était l’accoutumé. S’il y a une chose que tous les investisseurs à succès ont en commun, c’est leur capacité à conserver une attitude positive. Pour la majorité du monde, retrouver leur logement dans cet état-là aurait été catastrophique, voire apocalyptique. Une occasion en or pour chialer sur Facebook, de se vider le cœur contre les porcs, les bougons et écorcher au passage gratuitement la Régie du logement. Juste pour le fun.

Écoutez bien la réaction de Ricardo

« Mais ce n’est pas si pire, le monsieur habitait dans mon plus petit logement : c’est juste un 1 et demi à refaire. »

Là où les autres voient un problème Ricardo voit une opportunité

« Le logement était clairement sous-loué à 220 $, je vais pouvoir l’augmenter solide. »

C’est dans les moments d’adversité qu’on départage les pros des amateurs. Ce n’est pas pour rien que le gars a 27 ans et 67 logements. Il possède clairement un « mindset » de gagnant !

Si tout comme Ricardo tu possèdes une soixantaine de logements ou plus… avoue que ces photos-là t’ont donné le goût d’aller faire un petit check-up de tous tes logements? lol 😉

Des photos qui donnent des munitions à ton beau-frère

Quand ton beau-frère te montera des photos du même genre pour te décourager d’investir en immobilier… Quand il te sortira de son chapeau l’argument du « paquet de troubles » rappelle-toi ceci :

« Pendant que ton beau-frère te félicite de ne rien faire, Ricardo, lui, est déjà millionnaire. » lol 😉

Conclusion

Cette histoire nous rappelle la loi de la moyenne, plus on possède de logements, plus les chances d’être aux prises avec ce genre de situation augmentent. L’idée est de ne rien prendre au premier degré, et de dégager le positif, même quand le ciel s’assombrit. Dans la vie tout est une question d’attitude. Le prix de la réussite est de faire ce que 99% des gens ordinaires refusent de faire.

« Fais aujourd’hui ce que la majorité refuse de faire pour obtenir demain, ce que la majorité n’obtiendra jamais. »

Merci de m’avoir lu,

Au plaisir,

Dominic

P.S. : Si tu ne connais pas encore Ricardo Revi, tu iras lire ça : Immobilier : 67 logements à 26 ans et libre comme l’air et parce que tu es un mordu d’immobilier vas dont immédiatement  » liké  »  ma page Facebook Mieux Investir sinon tu vas manquer un bon show. 🙂 Si toi aussi tu as des histoires de blocs à partager, tu as des opportunités d’investissement ou tu veux vendre un  immeuble hors marché, écris-moi à info@mieuxinvestir.ca ou texte-moi: 514-716-3383 et j’écrirai un texte là dessus. Je suis rendu à plus de 10 000 abonnées ! Merci A+ Dom

Téléchargez gratuitement mon eBook et obtenez en prime la lettre financière chaque mois!

Commentaires

commentaires