Après avoir connu des années fastes au début des années 2000 et ce dix ans durant…

l’immobilier stagne et montre des signes d’essoufflement.

Plusieurs facteurs expliquent ce nouveau plateau: le gouvernement a resserré les règles hypothécaires et les taux d’intérêt semblent vouloir augmenter. La population vieillissante laissera d’ici 5 à 20 ans une multitude de maisons vides et qui dit trop d’offres, dit des prix en baisse. Si on ajoute à ça un taux de vacance à la hausse et un parc immobilier locatif qui vieillit (besoin de rénovations $$$), tout indique que les beaux rendements des années 2000 sont bel et bien derrière nous… Alors, pourquoi expliquer l’engouement actuel pour l’investissement immobilier? L’investissement immobilier est-il sous le respirateur artificiel?

En 2017, peut-on réellement croire obtenir les meilleurs rendements en pariant sur l’immobilier ?

L’autre jour je discutais sur ma page Facebook avec Fabien Major, Conseiller en sécurité financière, bien connu pour ses articles publiés dans le Journal de Montréal. Son point de vue m’a fait réfléchir…

«Soyons francs, depuis que l’endettement des ménages a franchi le cap des 150% et que les conditions de prêts des banques et de la SCHL se sont resserrées, l’immobilier est devenu au Québec une industrie plus payante pour ceux qui en dépendent que ceux qui en possèdent. Les prêteurs, les évaluateurs, les rénovateurs, les enquêteurs, les agences de collection, les notaires, les courtiers… et ceux qui vendent des cours et des formations souhaitent de tout coeur que la manne ne se tarisse pas trop vite. Mais c’est inévitable. L’immo comme TOUS les secteurs économiques fonctionnent par cycles. Les cycles de l’immobilier sont plus longs que les autres, on parle de périodes oscillant entre 15 et 20 ans qui correspondent à des baby-booms ou au début d’un assouplissement des taux d’intérêt. Celui que l’on vit a débuté en 2001 après les attaques du World Trade Center. Bref, c’est celui qui aura en masse de fonds, d’obligations, d’actions et d’actifs LIQUIDES qui pourra acheter de l’immobilier au rabais lorsque les corrections se multiplieront.» Fabien Major

Les moutons arrivent toujours après les loups

Ce que j’ai pu observer depuis que j’ai commencé à m’intéresser au monde de l’investissement, c’est que les masses arrivent toujours trop tard pour profiter de la manne. Il ne reste toujours que des miettes pour les investisseurs en herbe qui arrivent à coup sûr trop tard au buffet. C’est fâchant, mais c’est une des loi de l’investissement, quand le grand public commence à s’intéresser à investir il est déjà trop tard. Les plus gros profits ont déjà été réalisés. Et il en coûte donc énormément en temps et en argent pour essayer de recréer les conditions gagnantes des années fastes.

«C’est vrai qu’en immobilier le potentiel de croissance est moindre que par le passé mais ce qui fait la beauté des marchés, c’est qu’il y a toujours de belles opportunités.» Dominic Goulet-Lapointe

Pendant ce temps de l’autre côté de la frontière

Trump a été élu et ce qu’on croyait être l’apocalypse est devenu un eldorado boursier. Un point tournant pour des millions de portefeuilles à travers le monde. Pendant que tous les investisseurs immobiliers font la queue au buffet pour se goinfrer de miettes… la bourse, elle, a tout simplement explosé. Mon portefeuille comme celui de milliers d’investisseurs s’est envolé. Un rendement de 29,3% depuis novembre. Merci entre autres à Bank Of America pour avoir drivé le show et au démon Donald pour ces 15 000$ libres d’impôt de plus dans mon Celi en 3 mois et demi.

Les jeunes écopent toujours

Le problème quand on débute c’est qu’on se dirige toujours là où a été l’argent et rarement là où ira l’argent. L’immobilier ne fait pas exception. On se base sur le passé récent pour prévoir l’avenir. Lire: 2 secrets pour faire plus d’argent 

En conclusion

Quand les investisseurs débutants regardent à droite, le show est souvent à gauche. Quand le grand public s’amourache de l’immobilier, la chose la plus sage à faire est souvent de faire le contraire. Mais bien malin qui peut prévoir l’avenir…

 


Et si la bourse t’intéresse, je vais bientôt lancer une formation vidéo qui explique comme obtenir de bons rendements en bourse. Réserve ta place ici pour obtenir le rabais «early bird».

Commentaires

commentaires

Vous êtes intéressés par l'argent et l'investissement? Abonnez-vous à la lettre financière de Mieux Investir.
-