La hausse du salaire minimum est dans l’air. L’Alberta vient tout juste  de promulguer sa loi: le salaire minimum augmentera d’ici le 1er octobre 2018, pour atteindre 15 $.

Au Québec on réclame une hausse de 39.5%! De 10.75 $ à 15 $. Régler le sort des travailleurs les moins fortunés n’a jamais paru si facile.

«On a juste à augmenter le salaire minimum. Diantre! Pourquoi n’y a t’on pas pensé avant?»

Évidemment, c’est un raccourci intellectuel simpliste, un écran de fumée économique qui laisse croire aux salariés en bas de l’échelle que les meilleurs jours sont à venir. En vérité, cette mesure accroîtra l’iniquité entre les riches et les pauvres. Les classes supérieures y gagneront au change: surtout les propriétaires immobiliers.

« 10,75$, ça vous donne un salaire annuel de l’ordre d’à peu près de 21 500$. Le seuil de pauvreté a été établi au Canada, à partir du 1er mai, à 23 800$. Ce qu’on envoie comme message à notre société, c’est qu’on permet à des gens de travailler 40 heures par semaine et de vivre sous le seuil de la pauvreté. Et ça, pour moi, c’est inacceptable», s’est exclamé M. Taillefer. »

Le pouvoir de l’inflation au service des riches

Soyons fous et augmentons le salaire minimum de 50 % comme au Vénézuela!

Si on augmente le salaire minimum de 50 % …, tous les biens, les prix à la consommation et tous les salaires auront tendance à vouloir s’apprécier de 50% eux aussi. Disons que tu possèdes une maison de 200 000$ et une dette hypothécaire de 100 000$. Comme il y a plus d’argent à dépenser dans le système, eh bien ta maison va aussi augmenter de 50% et bientôt valoir 300 000$. Soudainement ta dette hypothécaire de 100 000$ ne représente plus que 1/3 de la valeur totale de ta maison. Comme l’argent vaut moins cher et que tous les prix ont augmenté, tous ceux qui possèdent des dettes voient celles-ci fondre comme neige au soleil.

« Qui est l’employé qualifié qui va accepter de gagner à peine plus cher que l’employé qui n’a pas fini son secondaire 2? »

Donc plus ta dette est importante et plus tu cries victoire!

Le pauvre, lui qui ne possède qu’une carte de crédit loadée de 12 000$, verra sa dette diminuer pour un temps, mais son pouvoir d’achat, lui, n’augmentera pas.

Et si les prix restent stables

Si les prix à la consommation n’augmentent pas aussi rapidement, les travailleurs non spécialisés constateront qu’il y a de moins en moins d’emplois. Les petites PME auront de la misère à maintenir en emploi tous leurs salariés. Car il ne pourront pas charger 8$ pour un café pendant que McDo en demande encore 2$.

«Qui va vouloir payer 8$ son café noir?»

Résultat des courses

Perte de compétitivité à l’international et moins de jobs. Les plus riches gagnent sur tous les tableaux. Il auront plus d’argent, leurs propriétés vaudront plus cher, et leur ratio d’endettement aura fondu.

Deux solutions viables

La première, si on veut vraiment aider les travailleurs au salaire minimum à sortir la tête hors de l’eau, la première solution facile c’est de réduire leurs impôts à 0 %.
La deuxième solution est de rendre obligatoire des cours de finances personnelles au secondaire et au Cégep! Ça, c’est la meilleure solution pour donner une chance optimale à tous. Tout passe par l’éducation financière. On ne peut pas bien gérer son argent si personne ne nous a jamais enseigné comment faire.

Conclusion

À chaque fois qu’on vous parle d’aider les travailleurs qui gagnent le salaire minimum, les moins bien nantis, les assistés sociaux et les pauvres, la seule VÉRITABLE SOLUTION c’est l’éducation. Toutes les autres alternatives sont futiles et temporaires. La pauvreté c’est comme les routes au Québec: la solution c’est de changer la recette de l’asphalte, mais nous, on préfère patcher les trous.

«Quand un homme a faim, mieux vaut lui apprendre à pêcher que de lui donner du poisson. »

À lire sur Le blogue à StephA propos d’Alexandre Taillefer et son idée de salaire minimum à 15$

 

Abonne-toi par email pour ne rien manquer! Astuces, formations… En route vers la liberté financière!

Commentaires

commentaires

Vous êtes intéressés par l'argent et l'investissement? Abonnez-vous à la lettre financière de Mieux Investir.
-